15-12-23 (1)

 

L’hiver est là. Depuis deux jours. En passager clandestin. Rien, aucun signe ne le trahit. L’hiver se terre. Les jours les plus courts sont des jours radieux de plein été. Qui ont le goût d’un goûter sur l’herbe. Il fleurit des roses qui ne sont pas de Noël, mais de mai.

            15-12-23 (2)

Le ciel du matin est rose, bleu, orange, violet. Pareil le soir. Le ciel ne sait plus quoi inventer. Il se coud des galons dorés et des poignets de dentelle. Au beau milieu des arbres nus, il exhibe un nez de soleil rouge, des taffetas de geisha, des mantilles andalouses, des perles à son cou. Avec ses pitreries, ses falbalas, son tremblement, le firmament fait rigoler le merle, la mésange et le rouge-gorge, tout le cabaret des anges et des fées. Même le chat que j’ai surpris à plusieurs reprises ces jours derniers en train d’exécuter une pirouette de joie.

15-12-24, Matière des rêves (5)

 

15-12-24, Matière des rêves (0)

Applaudissez, mesdames et messieurs. Le ciel nous régale, il faut en profiter. Car les jours sont rapides. Le temps s’en va maintenant à la vitesse du vent. Même s’il se cache, l’hiver est là. Embusqué, à sa place. À tout moment, il peut sortir et mordre. Le ciel du matin sent la nuit froide. Le ciel du soir sent le poêle et la cheminée. Et trace avec la fumée et les nuages mêlés des signes qui s’effilochent et disparaissent dans le noir. Là où le jour ne peut plus atteindre. Dans les veilles trop longues où nous parlons du monde et les nuits immobiles où nous dressons nos rêves contre le silence.

15-12-24, Matière des rêves (1)

15-12-24, Matière des rêves (3)

15-12-24, Matière des rêves (4)