24 décembre 2015

#152 L’hiver clandestin

    L’hiver est là. Depuis deux jours. En passager clandestin. Rien, aucun signe ne le trahit. L’hiver se terre. Les jours les plus courts sont des jours radieux de plein été. Qui ont le goût d’un goûter sur l’herbe. Il fleurit des roses qui ne sont pas de Noël, mais de mai.             Le ciel du matin est rose, bleu, orange, violet. Pareil le soir. Le ciel ne sait plus quoi inventer. Il se coud des galons dorés et des poignets de dentelle. Au beau milieu des... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 14:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

03 décembre 2015

#151 La sidération des brouillards

Malgrémalgré toutle mal qu'on nous a fait.Malgrétout ce qu'il faut subiret faire subir aux autres.Malgréla guerreles enfants mutilés, martyrisésl'enfer que tant de nous s'infligentet infligent aux autresMalgrémalgré toutne dressons pas le malet le bien face à face.Ils vont, ils sont ensembleen nouset dans le cours aventureux des siècles.En face du malen face du bienIl n'y a rienrien que la vie ensemble. Henry Bauchau, Malgré tout Il n’est pas toujours commode de se déprendre de la sidération des brouillards. Les brouillards... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2015

#150 2°C mais pas plus ! 2°C but not more !

Côte de Koh Phayam, Thaïlande, février 2014
Posté par la lapenchinoise à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 novembre 2015

#149 Pose-plumes

 
Posté par la lapenchinoise à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2015

#148 Toute la vie

  Quelle sorte d’hommes sont-ils ? Ils ont tiré sur le Bataclan la fratrie du coin de la rue les cafés, les bistros le comptoir des inconnus le bar des amis le Balto le Paris le café de la mairie Ils ont tiré en plein cœur de la vie.   Quelle sorte d’hommes sont-ils ? Ceux-là qui ignorent que la vie, ça ne s’arrête pas Surtout pas à l’heure de l’apéro quand on refait le monde Avec la vérité qui est là, au fond du verre qui vient Le temps n’a pas de prise sur la tournée du patron le petit blanc, le petit... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 10:40 - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 novembre 2015

#147 Une prière

    Je te salue Paris pleine de grâceReçois la beauté sereine de ce beau matin calmeEt mes larmes pour ta liberté meurtrie    
Posté par la lapenchinoise à 09:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 octobre 2015

#146 La grammaire vagabonde

  Les feuilles quittent le ciel Il coule de l’or et le jardin se défait Fanes affalées Fards barbouillés sur les matins mouillés S’il fallait choisir entre le mire-fleur et le mire-feuille, je serais bien embarrassée. Apparition. Disparition. Le printemps et l’automne bouleversent mon cœur d’artichaut avec la même intensité et font monter les images, les mots, les pensées japonaises. À propos de mots, je referme un livre délectable – doublement car cadeau amical. Un crapahut en 150 pages au pays des merveilles... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 20:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 octobre 2015

#145 Liant déliant

  Doutant du regard doutant de la voix doutant du passage réel de l’amour dans les bois enroués par l’hiver Suivant le courant la voie des rivières relisant du cœur les points les accents la course légère de ses lignes bien espacées Doutant redoutant l’arrêt du soleil des songes du temps des dons du sommeil ne redoutant plus l’air en mouvement l’écriture claire liant reliant déliant l’émoi de sa mécanique légère Henri Bauchau, Poésie complète, Actes Sud, 2009
Posté par la lapenchinoise à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2015

#144 Mire-feuille

Quand souffle le vent les feuilles rouges tombent sur l’eau si limpide que le fond reflète celles restées sur l’arbre sans tomber Oshikôchi no Mitsune Il automne comme dans la chanson de Barbara à pas feutrés Le ciel embrasse la terre qui lui tend le front Son baiser sent le bois La lumière a des feuilles La nuit des étoiles fraîches pour parer les arbres nus et dire aux amis lointains la dimension du silence Le jour surgit lentement au droit du matin. Il n’a fallu qu’une poignée de jours, d’heures presque, pour qu’opère la... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 19:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 octobre 2015

#143 Les jardiniers de Melle

Nous sommes les cousins des oiseaux et des fleurs. Et des étoiles. Nous faisons partie d’un même récit.Jean-Claude Ameisen, Le Monde, 23 & 24 août 2015 Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin.Rainer Maria Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigge C’est fini. À Melle, on a tiré le rideau le dernier week-end de septembre sur la 7e édition... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 17:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,