26 novembre 2014

#112 Un selam de passeroses

Il a suffi de deux journées de vent appliqué. De l’automne doux et lumineux ne restent que quelques très rares feuilles. Les arbres sont nus. La tiédeur de l’air rend le spectacle incongru. D’ailleurs, au jardin, un des pruniers en a perdu toute retenue. Il a fabriqué des fleurs et une poignée de prunes vertes. Je ne compte pas les roses. Il y a encore des dahlias, des fuchsias, des soucis, des cosmos, des ipomées, des amarantes, et j’en passe. Surtout, je la guette ahurie depuis quelques semaines, une passerose a dressé sa colonne... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2014

#111 Les pas de l’eau et la mémoire du vent

C'est fou, le nombre de causes qui cet automne m'ont emportée vers l'Iran. Dont un mince livre jaune. Je l’ai trouvé en poussant à Tulle la porte de la librairie du petit garçon de la banquise et du caillou. Je crois que je n’ai jamais vu ça une librairie comme celle-là. Des milliers et des milliers de livres. En rayonnages mais aussi en piles. Au bout d’un moment, ça n’est plus de la librairie, mais de la géographie. On emprunte des chemins de traverse. On suit une ligne de crête. On découvre un raccourci. Et c’est comme ça que... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 15:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2014

#110 Là-haut

Pour dire la vérité avec toute sa substance, il faut avoir la paix, et un fauteuil confortable loin de toute distraction, et une fenêtre par laquelle le regard peut porter au loin ; et puis il faut ce don qui permet de voir des vagues quand ce sont des prés qui s’étendent devant vous, et de sentir le soleil des tropiques alors qu’il fait froid ; et trouver au bout de ses doigts les mots qui peuvent s’emparer de la vision avant qu’elle ne s’évanouisse. [J. M. Coetzee, Foe, Éditions du Seuil, 1988] Quelle chance ce... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 18:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 novembre 2014

#109 À Mer et Ombre de la Lune

    Oh ! L’horrible et triste nouvelle : en Iran, à Isfahan la belle, des femmes ont été agressées au vitriol. L’une des victimes a perdu un œil. Les auteurs des crimes n’ont pour l’instant pas été inquiétés. Alors que les journalistes qui ont cherché à couvrir le sujet se sont vu subtiliser leur matériel. Motif des agressions : les passantes étaient mal voilées. Des Iraniennes et des Iraniens sont descendus dans la rue pour dire leur colère indignée. Je les rejoins en pensée.     La... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 octobre 2014

#108 Figures libres sur ciel d’Orient

Il existe cependant des instants éblouissants et trop brefs où nous cessons de percevoir les choses comme isolées, solitaires, autonomes, disjointes, orphelines et où les harmoniques qui régissent leur ordonnance nous parviennent dans un déferlement éperdu, heureux. [Nicolas Bouvier, L’Échappée belle, éloge de quelques pérégrins, Metropolis, Genève, 1996] Il fait des jours beaux comme des pains juste sortis du four. Du ciel au sol dorés à point. Avec des points du jour et des crépuscules festonnés de rose. Et des nuits limpides... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 septembre 2014

#107 Marque-page

  Il lui demanda ce qu’elle faisait à une heure aussi tardive sur la lande, armée de son balai. « Je balaie le monde », répondit-elle. Alveric se demanda quels rebuts elle pouvait retirer du monde, avec ces tourbillons incessants de poussière grise qui arrivaient de nos contrées familières, puis disparaissaient lentement vers la masse ténébreuse rassemblée au-delà de nos côtes. « Pourquoi balayez-vous le monde, mère sorcière ? -- Il y a ici bas des tas de choses qui ne devraient pas s’y trouver. »... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 14:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

16 septembre 2014

#106 Jour de Loire

Dans l’épaisseur ensoleillée de l’arrière-saison, un jour découpé pour aller goûter à Chaumont le bonheur décuplé d’être au jardin. Tout le jour, la belle lumière du pays de France s’est écoulée sur le confessionnal des fleurs sur les volcans amoureux sur le jardins noirs de bitume et de caoutchouc sur le jardin d'or du roi Midas sur les jardins bleus des bords de Loire sur les fleurs de papier fanées de Gabriel Orozco sur les sculptures de brume de Fujiko Nakaya Et tant d’autres jardins inspirés.       ... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
14 août 2014

#105 Papillonneries

Des architectures de brins d’herbes, un tout petit monde de fantaisie, donnez-moi une loupe, c’est dessiné si fin, je n’arrive pas à déchiffrer ces riens, le roi convoquait les États généraux, le monde basculait, mais le marquis de Sade dessinait de petits paysages à l’encre rouge et Saint-Aubin des papillons. Marianne Alphant, Ces choses-là, P.O.L., 2013 Notule Le papillon : Mythimna albipuncta La fleur : Echinacea purpurea  
Posté par la lapenchinoise à 22:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 août 2014

#104 Les perles qui naissent dans l'abri de la mer

Plus l’objet était petit, plus il semblait susceptible de contenir, sous la forme la plus concentrée, tout le reste. Il plonge dans les profondeurs du passé, mais non pour le ranimer tel qu'il fut et contribuer au renouvellement d'époques mortes. Ce qui guide ce penser est la conviction que s’il est bien vrai que le vivant succombe aux ravages du temps, le processus de décomposition est simultanément processus de cristallisation ; que dans l’abri de la mer – l’élément lui-même non historique auquel doit retomber  tout ce qui... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 août 2014

#103 Les chants du fil

  L’été m’a finalement déposée devant un grand déballage d’étoffes sublimes. Dans la Zomia du géographe James Scott, la constellation de collines de l’Asie du sud-est intérieure, au milieu des bancs de tribus atomisées, librement différentes, qui composent le peuplement de ce territoire aux contours indécis. Avec les travaux d’aiguille des Miao du Guizhou. Je répertorie, réfléchis, écris. Sans souci majeur. Côté jardin, juillet m’a gratifiée d’une trêve. Un ciel peu radieux, des pluies bienfaisantes. Le troupeau végétal est... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,