01 janvier 2016

#153 La mesure du temps

Les jours ont cessé de raccourcir. C’est quelque chose qui aide immanquablement à revivre, comme une petite cuillerée de lumière de plus ; ou, plus noblement, comme le soulèvement d’une dalle, imperceptible. C’est aussi comme si l’on s’élevait au cours de sa marche, pour voir un peu plus loin devant soi. Philippe Jaccottet, Ce peu de bruits...   Par la porte entrebâillée de l’an nouveau — bien  plus joli avec son 6 à roulette tout neuf que l’an passé avec son 5 biscornu. Et bissextile avec ça. Nous aurons droit... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 19:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 septembre 2015

#141 Barcarolle pour un été

Je ne suis pas venu ici pour me trouver nez à nez avec un naïf souvenir de jeunesse... et c’est pourtant lui qui se place au tournant [...] ! C’est une leçon ... C’est lui maintenant, c’est l’Autre qui me donne une leçon d’expérience ! Sans doute son air détaché et désintéressé m’apprend la vanité de ce que je suis venu rejoindre ici. Si j’avais un peu de foi pour le petit dieu de voyage – qui ne m’a pas quitté, – je lui soumettrais ce cas étonnant de conscience, ce problème de topographie dans l’espace et dans le... [Lire la suite]
29 avril 2015

#130 Un pur espion

En 1855, Hachette publie un récit intitulé Aventures de Robert Fortune dans ses voyages en Chine à la recherche des fleurs et du thé. Malte-Brun le présente en ces termes au public français :Le voyageur dont l’ouvrage va nous occuper a fait à deux reprises plus de six mille lieues pour se rendre de Londres en Chine, et le lecteur ne devinerait jamais dans quel but, si nous ne venions immédiatement à son aide. M. Robert Fortune n’était, en effet, attiré dans le Céleste Empire, ni par l’ambitieuse idée d’une grande affaire... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 avril 2015

#129 L’oreille de Darwin

  À part l'intérêt général que j'éprouve pour les contrées du Sud, j'ai été absorbé depuis mon retour par un travail des plus présomptueux, en fait, je ne connais personne qui ne dût le déclarer déraisonnable. J'ai été tellement frappé par la distribution des organismes des Galapagos [...], et du caractère des mammifères fossiles d'Amérique [...], que je me suis décidé à collectionner aveuglément tous les faits qui se rapportent en quelque façon aux espèces. J'ai lu des monceaux de livres d'agriculture et d'horticulture, et je... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 avril 2014

#87 Le jardin et l'océan

Il faudra repartir Et vous, ravissements,ciels gonflés d’étoiles,poissons,morsures du cœur,lumière embrassante des regards,échos et prestiges,serez-vous encore là ? Nicolas Bouvier, Il faudra repartir, textes réunis et présentés par François Laut Édition établie en collaboration avec Mario Pasa Payot, 2012     Le mot qui cristallise tout, c’est le mot d’échelle. [...] l’un des sens d’« échelle » était autrefois celui de « port ». Le port permet de quitter une île, un monde clos, et de voguer vers... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 13:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 janvier 2014

#75 Tribulations vaporistes

Ma foi, voici un début d’an avec un Œil coi. Une fois lancé ma messagère de l’an neuf, remontée comme une pendule, et réglé le pas sur l’inspiration poétique de Philippe Jaccottet, en lui délégant tout le soin de dire l’empreinte sur le jardin du parfum des violettes, je me suis laissée accaparer. C’est comme ça que L’Œil s’est trouvé coi. Ce n’est pas la première fois. En novembre dernier, j’avais délaissé les billets pour avoir totalement plongé dans les yeux de Louis [Delaporte], transi de passion pour l’art « abandonné aux... [Lire la suite]
27 mars 2013

#26 Une Durga de jardin

Dans le grand règne des giboulées de mars, le jardin entre dans le printemps au triple galop. C’était à prévoir. Le végétal a puisé dans cet hiver d’eau une vigueur sans pareille. Quelques jours seulement se sont écoulés depuis les timides inductions florales des pruniers de la haie. Et voilà que tout met des feuilles et des fleurs dans la collusion de mars et d’avril. Car ma terre de Quercy a le privilège de connaître la douceur qui n’a pas encore atteint le nord de la Loire. Il y a autant de printemps qu’il y a d’années. C’est une... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 février 2013

#13 Dans « le capharnaüm des rebuts » – Ghazipur

  Mon propos explore les possibilités de quête d’une promesse de beauté dans un paysage de dévastation, de comprendre et d’examiner l’esthétique de ce qu’on met de côté, de ce qu’on fuit. Ce que je vois dans cette décharge, c’est un bricolage accidentel, une conséquence de plus de deux décennies de consommation aveugle. Dans mes photos, je dépeins la décharge à la fois comme frêle et monumentale, pareille à un héros fatigué en train de perdre pertinence et respect aux yeux de ceux-là mêmes qu’il a servis. Et puis, il y a... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2013

#6 Petits papiers — Feuilles d’argent

En fermant le billet précédent, m’est passée sous les yeux la carte de vœux de Grijs, le blog cité en note. Elle m’a aussitôt fait penser à un de mes butins de petits papiers. Que voici :   Il s’agit d’une liasse de rectangles de papier de 12 x 18 cm environ. Des merveilles de papiers d’argent marouflés sur des papiers de bambou.   Cette liasse provient de Birmanie. Des alentours de Kyaukmé, une paisible bourgade rurale située sur la ligne de train insensée que les Britanniques ont jetée à l’assaut de la... [Lire la suite]