14 janvier 2017

#159 Là où vivent les dragons

Les montagnes en hiver sont lourdes de nuages sombres et épais l'homme demeure lointain et silencieux. Guo Xi  C'est moins de l'eau que je me souviens... que de ce brusque éclaircissement du paysage, cette soudaine éclaircie. Pourquoi donc l'impression nous est-elle donnée de façon plus fatale, plus ample, plus dramatique par n'importe quel ruisseau ou quel fleuve, que par tel lac ou bassin? Car l'horizon d'amont et d'aval est infini, et le mouvement nous rend la chose plus présente, plus actuelle et donc plus touchante, plus... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 décembre 2014

#116 Éclats d’hiver

  Pour moi, je continuerai à habiter ma maison de verre, où l’on peut voir à toute heure qui vient me rendre visite, où tout ce qui est suspendu aux plafonds et aux murs tient comme par enchantement, où je repose la nuit sur un lit de verre aux draps d’hiver, où qui je suis m’apparaîtra tôt ou tard gravé au diamant. André Breton, Nadja Mon esprit est ainsi fait qu’il est sans résistance devant ces agrégats de rencontre, ces précipités adhésifs que le choc d’une image préférée condense autour d’elle anarchiquement ;... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 16:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 novembre 2014

#110 Là-haut

Pour dire la vérité avec toute sa substance, il faut avoir la paix, et un fauteuil confortable loin de toute distraction, et une fenêtre par laquelle le regard peut porter au loin ; et puis il faut ce don qui permet de voir des vagues quand ce sont des prés qui s’étendent devant vous, et de sentir le soleil des tropiques alors qu’il fait froid ; et trouver au bout de ses doigts les mots qui peuvent s’emparer de la vision avant qu’elle ne s’évanouisse. [J. M. Coetzee, Foe, Éditions du Seuil, 1988] Quelle chance ce... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 18:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juillet 2014

#100 Prises de ciel pour une poétique des nuages

Trois catégories d’Hyperontes prélevés hier matin dans trois directions et à une minute d’écart. « Les Hyperontes sont les vapeurs qui se trouvent habituellement au-dessus de l’observateur : elles constituent ainsi les nuages courants. » La prise n°1 relève sans ambiguïté des Griffures. « Lorsqu’elles sont un peu plus consistantes, elles ressemblent aux plumes tombées des ailes de mythiques oiseaux cosmiques. On ne voit pas bien d’où elles viennent ni où elles vont. Ni, pour parler franc, à quoi elles... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
04 juin 2014

#96 À la dame blanche

L'infime est son royaume. Elle contemple la vie à travers le vitrail des ailes de libellule, et s’aménage un béguinage à l’intérieur d’une clochette de muguet. Soit on adore le monde (l’argent, la gloire, le bruit), soit on adore la vie ( la pensée errante, la sauvagerie des âmes, la bravoure des rouges-gorges ). Juste une question de goût. Christian Bobin, La Dame blanche, Gallimard, 2007 ... Dans la lisière où le jardin s’efface Qui a semé ce coquelicot blême comme une fleur de silence ? ... Au Jardin sous le Ciel,... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 mai 2014

#94 Dent de lionne, dent de lune

  Gainée d’un bouton de magnolia, couverte d’une mantille de fleur de plantain, coiffée d’une brunelle, une dame Grand Capricorne essaie d’empêcher le bouquet plumeux des akènes du pissenlit de s’envoler au vent de la lune.   Et hop ! une petite créature végétale de plus pour la Carterie de L’Œil. Oooh, mais c’est qu’elle a besoin d’un grand ménage, cette carterie... Quelle poussière là-dedans ! Regardez moi ça. Il me faut refaire entièrement les vitrines. Les nouveautés n’ont même pas été installées... Oh... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2014

#75 Tribulations vaporistes

Ma foi, voici un début d’an avec un Œil coi. Une fois lancé ma messagère de l’an neuf, remontée comme une pendule, et réglé le pas sur l’inspiration poétique de Philippe Jaccottet, en lui délégant tout le soin de dire l’empreinte sur le jardin du parfum des violettes, je me suis laissée accaparer. C’est comme ça que L’Œil s’est trouvé coi. Ce n’est pas la première fois. En novembre dernier, j’avais délaissé les billets pour avoir totalement plongé dans les yeux de Louis [Delaporte], transi de passion pour l’art « abandonné aux... [Lire la suite]
31 décembre 2013

#73 La Dame de Cœur à la capselle

Pfff...... Je fais voler vers l'an neuf cette nouvelle messagère Une Dame de Cœur à la capselle Que dix mille bonheurs accompagnent sa marche tout au long de l’année À tous, paix et santé !Bonne année !   Notule Pour satisfaire les appétits curieux, voici les ingrédients qui entrent dans la composition de cette carte de vœux : une Amantine coquelicot, soit une hybridation spontanée d’un orthoptère Mantis et de fleurs de Papaver rhoeas ; tige et siliques en forme de cœur d’une capselle (Capsella bursa... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 décembre 2013

#72 La malle d’Henri — Épisode 7

Nous sommes de l’autre côté, dans ce territoire libre et sauvage et délicat où la poésie est possible et arrive jusqu’à nous comme une flèche d’abeilles....Julio Cortàzar, lettre à Fredi Guthman   Ah ! dussé-je laisser ma vie dans ces solitudes, je les préfère à toutes les joies, à tous les plaisir bruyants de ces salons du monde civilisé, où l’homme qui pense et qui sent se trouve si souvent seul.Henri Mouhot   Chers lecteurs de La malle d’Henri, l’heure est bientôt venue de vous récompenser de votre fidélité en... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
19 décembre 2013

#69 Chemins buissonniers

je ne cours pas après la vie c’est elle qui me croise et me recroise à chaque regard chaque rencontre j’en ai dans toutes mes mains je la crie de tous mes yeux et elle s’endort dans mes bras j’en perds le compte du monde je ne fais plus de différence entre la mémoire et l’oubli Henri Meschonnic, De monde en monde, extrait. Principe de fonctionnement et version givrée de l’immense toile que les elfes, avec la précieuse collaboration des araignées, ont jeté entre le Jardin sous le ciel et le reste du monde. Rien n’échappe à ses... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 18:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,