19 septembre 2015

#141 Barcarolle pour un été

Je ne suis pas venu ici pour me trouver nez à nez avec un naïf souvenir de jeunesse... et c’est pourtant lui qui se place au tournant [...] ! C’est une leçon ... C’est lui maintenant, c’est l’Autre qui me donne une leçon d’expérience ! Sans doute son air détaché et désintéressé m’apprend la vanité de ce que je suis venu rejoindre ici. Si j’avais un peu de foi pour le petit dieu de voyage – qui ne m’a pas quitté, – je lui soumettrais ce cas étonnant de conscience, ce problème de topographie dans l’espace et dans le... [Lire la suite]

10 juin 2015

#139 Trois bonheurs de mai

Avec un thermostat bloqué en position maxi pendant dix jours XL, le printemps s’est évaporé. Sous mes yeux incrédules, juin a déballé le plein été. Inexplicablement, il a coulé du brûlant ici, du brûlant là, et encore là-bas au fond du jardin. Tendu un grand ciel blanc sur la journée comme un miroir aveuglé. Un déluge de chaleur a saisi le printemps de tous les côtés. Tout ça avec une évidence encombrante, au point que même les orages n’ont pas bronché. Juin placarde une saison inédite et muette. Il fait chaud à tirer les volets,... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 20:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2015

#138 Par les brèches frêles des fleurs

  (Encore ? Encore des fleurs, encore des pas et des phrases autour de fleurs, et qui plus est, toujours à peu près les mêmes pas, les mêmes phrases ? Mais je n’y puis rien : parce que celles-ci étaient parmi les plus communes, les plus basses, poussant à ras de terre, leur secret me semblait plus indéchiffrable que les autres, plus précieux, plus nécessaire. Je recommence, parce que ça a recommencé : l’émerveillement, l’étonnement, la perplexité ; la gratitude, aussi.) _ Et s’il y avait un... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 mai 2015

#137 Papaver sans paparoles

Posté par la lapenchinoise à 20:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mai 2015

#136 L’officine du bout du monde

En 1691, le médecin allemand Engelbert Kaempfer (1651-1716), recruté par la Compagnie des Indes hollandaises, vient prendre ses fonctions à Deshima. Au Japon sans y être : Deshima est un ilot artificiel que les Shôgun ont établi dans la rade de Nagasaki pour y contenir les étrangers. Le dispositif doit permettre d’éviter que des idées barbares ne s’en aillent essaimer à travers l’archipel. Un unique pont relie Deshima à la côte. Une seule nation a le droit d’y établir sa factorerie : les Pays-Bas. Pour avoir aidé le Shôgun... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mai 2015

#135 Puc-puggy, le chasseur de fleurs

John Bartram est fermier et quaker. En 1729, il s’établit en Pennsylvanie, aux abords de Philadelphie. John a une inclination pour l’histoire naturelle, collectionne les plantes américaines, qu’il recueille au cours d’expéditions personnelles, acclimate les semences venues de l’Ancien Monde. La ferme Bartram s’est taillée un petit renom de pépinière jusqu’en Europe. Au début du XVIIIe siècle, l’Amérique du nord est à la mode. John fournit les savants de la botanique comme Linné, et les grands propriétaires d’Angleterre, qui... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2015

#134 La mécanique du hasard

On dirait que tout doit réussir au jeune aristocrate prussien Alexandre von Humbolt (1769-1859) quand il s’installe à Paris en 1797 : il n’a pas 30 ans, il est bien né, il est riche, il est séduisant. Il est en outre un puits de science charismatique qui a déjà rencontré la crème de l’Europe savante. Et voilà que... vous savez bien, quand on remet les clefs à sa concierge, on échange toujours quelques mots aimables avec elle. C’est dans ces circonstances que, plusieurs fois, j’ai rencontré un jeune homme porteur d’une boîte... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mai 2015

#133 Les amants des Mascareignes

Fin 1768, Philibert Commerson (1727-1773) retrouve à l’île Maurice son vieil ami Pierre Poivre qui en est l’intendant. À ses côtés, Jeanne Baret, 28 ans, que Commerson a embauchée cinq ans plus tôt comme servante, alors qu’il venait de perdre sa femme morte en couches.   Est-ce parce qu’ils sont pays tous les deux et qu’ils peuvent s’entretenir dans leur bourguignon natal ? Un lien complice s’établit rapidement entre le savant veuf et la demoiselle. Quand Commerson déménage à Paris, Jeanne le suit. Elle s’occupe de... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 09:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
01 mai 2015

#132 Le maître du végétal

  Il est sans doute le plus grand illustrateur botanique de tous les temps.   Il s’appelle Ferdinand Bauer. Il est né en Moravie. Ses années d’apprentissage, il les fait aux côtés de son frère aîné Franz. Norbert Boccius, le supérieur du couvent des Hospitaliers de Feldsberg, enseigne aux frères Bauer l’art de reproduire les fleurs sauvages dans les vallons environnant le parc enchanteur des ducs de Liechtenstein. En 1780, Ferdinand et Franz sont à Vienne, où ils apprennent la taxonomie et la peinture de paysage auprès... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 avril 2015

#131 L’œil de L’Endeavour

  Le 12 juillet 1771, James Cook jette l’ancre de L’Endeavour dans le port de Plymouth. Au bout de trois ans d’exploration scientifique dans le Pacifique sud pour le compte de la Couronne britannique. Joseph Banks est le capitaine de l’équipe des naturalistes embarquée en août 1768. Il rapporte 3 600 spécimens de plantes séchées, dont près de la moitié inconnue de la science occidentale, et un millier de croquis.   La botanique est la passion de Banks. Il l’a contractée en lisant la Systema Naturae de Carl von... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 09:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :