09 janvier 2018

#160 Écrire est une présence

Dans un grain de sable pris dans l'ourlet d'un costume d'hiver d'Emma Bovary, dit Janine, Flaubert a vu le Sahara tout entier, et la moindre poussière pesait autant à ses yeux que la chaîne de l'Atlas. Il m'est souvent arrivé de m'entretenir avec Janine de la conception flaubertienne du monde ; cela se passait en fin de journée, dans sa chambre où les notes, lettres et écrits de toute sorte s'entassaient en si grand nombre que l'on était pour ainsi dire immergé dans un flot de papier. Sur le bureau, point d'ancrage et foyer initial... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 octobre 2016

#157 Le cheminement

Je ne fais jamais rien qu'à la promenade, la campagne est mon cabinet ; l'aspect d'une table, du papier et des livres me donne de l'ennui, l'appareil du travail me décourage, si je m'assieds pour écrire je ne trouve rien et la nécessité d'avoir de l'esprit me l'ôte. Je jette mes pensées éparses et sans suite sur des chiffons de papier, je couds ensuite tout ça tant bien que mal et c'est ainsi que je fais un livre. Jugez quel livre ! J'ai du plaisir à méditer, chercher, inventer, le dégoût est de mettre en ordre ; et la preuve que... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 16:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03 octobre 2016

#156 Dans l’épaisseur du silence

Je vis en levant les yeux, dans la pénombre, sur la cheminée, la petite collection composée de sept boîtes de bakélite aux formes variées, pas plus hautes que deux ou trois pouces, dont chacune contenait, comme je le constatai en les ouvrant une à une à la lumière de la lampe, les restes d’un des papillons de nuit dont Austerlitz m’avait dit qu’ils avaient trouvé la mort ici, dans sa maison. Je fis glisser le contenu de l’une d’elles de son récipient de bakélite dans la paume de ma main droite, petite créature impondérable couleur... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 15:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2016

#154 Le chant de la gouttière

    Si j´obéis à la nature, qu´aurais-je à craindre ?Wang Ji Vos embarras cesseraient si vous vous teniez près du commencement des phénomènes et si vous traitiez les choses en choses au lieu de vous laisser traiter en choses par les choses.Zhuangzi, Livre 20.       Pleuvoir. 1. Verbe impers. a) ca 1140 «tomber en parlant de la pluie» (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 1956); b) 1remoitié XIIes. «tomber en grande quantité à la manière de la pluie» (en parlant de la manne) (Psautier... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 12:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 janvier 2016

#153 La mesure du temps

Les jours ont cessé de raccourcir. C’est quelque chose qui aide immanquablement à revivre, comme une petite cuillerée de lumière de plus ; ou, plus noblement, comme le soulèvement d’une dalle, imperceptible. C’est aussi comme si l’on s’élevait au cours de sa marche, pour voir un peu plus loin devant soi. Philippe Jaccottet, Ce peu de bruits...   Par la porte entrebâillée de l’an nouveau — bien  plus joli avec son 6 à roulette tout neuf que l’an passé avec son 5 biscornu. Et bissextile avec ça. Nous aurons droit... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 19:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 décembre 2015

#152 L’hiver clandestin

    L’hiver est là. Depuis deux jours. En passager clandestin. Rien, aucun signe ne le trahit. L’hiver se terre. Les jours les plus courts sont des jours radieux de plein été. Qui ont le goût d’un goûter sur l’herbe. Il fleurit des roses qui ne sont pas de Noël, mais de mai.             Le ciel du matin est rose, bleu, orange, violet. Pareil le soir. Le ciel ne sait plus quoi inventer. Il se coud des galons dorés et des poignets de dentelle. Au beau milieu des... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 14:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2015

#149 Pose-plumes

 
Posté par la lapenchinoise à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2015

#142 Un, deux, trois...

... parapluies pour envol de microscopiques Mary Poppins, ombrelles pour nonnes d’un couvent bouddhique lilliputien... le premier visiteur qui nous dira ce que sont ces très menues choses gagnera une carte de la Carterie (dont la vitrine vient, enfin, d’être refaite, ainsi que le réassort complet de toutes les nouveautés) et une enveloppe de graines de Mirabilis Jalapa (qu’on trouvera parmi les notules fraîchement ajoutées au billet précédent).
Posté par la lapenchinoise à 14:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
19 septembre 2015

#141 Barcarolle pour un été

Je ne suis pas venu ici pour me trouver nez à nez avec un naïf souvenir de jeunesse... et c’est pourtant lui qui se place au tournant [...] ! C’est une leçon ... C’est lui maintenant, c’est l’Autre qui me donne une leçon d’expérience ! Sans doute son air détaché et désintéressé m’apprend la vanité de ce que je suis venu rejoindre ici. Si j’avais un peu de foi pour le petit dieu de voyage – qui ne m’a pas quitté, – je lui soumettrais ce cas étonnant de conscience, ce problème de topographie dans l’espace et dans le... [Lire la suite]
24 mai 2015

#138 Par les brèches frêles des fleurs

  (Encore ? Encore des fleurs, encore des pas et des phrases autour de fleurs, et qui plus est, toujours à peu près les mêmes pas, les mêmes phrases ? Mais je n’y puis rien : parce que celles-ci étaient parmi les plus communes, les plus basses, poussant à ras de terre, leur secret me semblait plus indéchiffrable que les autres, plus précieux, plus nécessaire. Je recommence, parce que ça a recommencé : l’émerveillement, l’étonnement, la perplexité ; la gratitude, aussi.) _ Et s’il y avait un... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,