13 mai 2014

#91 Bijoux de saison

J’ai offert au Jardin sous le Ciel deux bijoux. Mon pauvre jardin malmené par les tranchées et les chantiers qui se succèdent. Et accaparent, bien plus que je ne voudrais, mon attention et mon temps. Par les temps qui courent nous avons grand besoin de réconfort, mon jardin et moi. Justement depuis un mois, la saison des floralies est ouverte. Je ne suis pas seule à aller admirer leurs parures végétales, leurs curiosités. Quel monde ! Que de convoitises ! Que de beautés à adopter ! Mais l’expérience jardinière m’a... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2014

#82 La malle d’Henri — Interlude

L’aspect de toutes les petites îles du golfe est d’un effet enchanteur et pittoresque. Henri Mouhot In Memoriam Koh Kut, golfe de Thaïlande, année 2557 de l'ère bouddhique
Posté par la lapenchinoise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2014

#81 L’empreinte des jours

Elle s’appelle Mary Jo. Mary Jo Hoffman. Elle vit à Saint-Paul dans l’état du Minnesota. Mary Jo aime marcher. Elle part avec ses enfants et son chien Jack. Rice Creek Regional Trail est sa randonnée préférée. Le sentier est peu fréquenté. Personne ne dérange les petits fouillis naturels que Mary Jo affectionne. Les menues choses, les trouvailles végétales, les cailloux, les plumes, les nids, les aiguilles, les coquilles, les écorces et les cosses. Mary Jo les ramasse. Comme Claire, la femme errante des Solidarités mystérieuses de... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 03:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 février 2014

#80 L’équilibre du monde

Aujourd’hui je n’ai rien fait. Mais beaucoup de choses se sont faites en moi. Des oiseaux qui n’existent pas ont trouvé leur nid. Des ombres qui peut-être existent ont rencontré leurs corps. Des paroles qui existent ont recouvré leur silence. Ne rien faire sauve parfois l’équilibre du monde, en obtenant que quelque chose aussi pèse sur le plateau vide de la balance. Hoy no he hecho nada. pero muchas cosas se hicieron en mí. Pájaros que no existen encontraron su nido. Sombras que tal vez existan hallaron sus cuerpos. Palabras que... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2014

#78 Trêve

... La pluie s’est tue. Sur la terre d’or, les arbres coulent leurs ombres longues dans le soleil du matin.= deux jours radieux.    
Posté par la lapenchinoise à 09:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2014

#74 Viola cornuta

[...] Fleurs parmi les plus insignifiantes et les plus cachées. Infimes. A la limite de la fadeur. Nées de la terre ameublie par les dernières neiges de l'hiver. Et comment, si frêle, peuvent-elles seulement apparaître, sortir de terre, tenir debout?   Dans la liturgie de l'année, plus constante, un peu plus éternelle que l'autre- qui d'ailleurs se défait-, elles ont leur place comme l'heure de prime dans la journée des reclus. Une heure où l'on ne peut parler haut. Pour les entendre, il faut déplacer de l'ombre. Être sorti des... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 décembre 2013

#71 Le vaze et le nalbome

Posté par la lapenchinoise à 19:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
06 décembre 2013

#67 Jardin blanc

Il y a deux jours, une main de givre est venue pailleter le jardin. L’hiver n’aura pas même attendu le solstice. Depuis la fin novembre, le gel rôde la nuit et mord au matin. Le brouillard s’entête, et les jours vont minuscules et cotonnant. C’est dormance. L'éclat de rire des dahlias s'est tu. Il est trop tard pour taquiner les grues. Les dernières roses éclosent au dedans. Avec L'Œil, on peut toutefois faire un tas de choses. S'exercer à écrire à des rois et des reines sur de vieilles cartes postales. Relire les épisodes de... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 15:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
02 novembre 2013

#59 Taquiner les grues (Passe-temps pour un automne)

Le matin, on se lève moins tôt ; on s’attarde, dans la chambre close, aux soins de la toilette ; et pourtant la nature est jolie, la rosée semble du vermillon sur les feuilles rougies ; on fait un peu de musique, on taquine les grues, on joue à lancer des palets dans la coupe d’un trépied ; midi arrive doucement, on utilise l’enveloppe des graines de lotus pour nettoyer la pierre où l’on fait son encre de Chine, on met en état son service à thé ; après-midi, on sort, et abrité par un chapeau de bambou blanc,... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2013

#57 Épître

    « Il est peu fréquent qu’un particulier ait l’occasion d’écrire à un roi ou à un empereur. Du train dont vont les choses, cette occasion se présentera de plus en plus rarement. (...) il vaut mieux savoir comment une femme bien élevée doit écrire à un souverain – si elle a à lui écrire et si elle n’a point pour la guider les conseils de M. Dutasta. Plus que jamais, ici le papier blanc de grand format est nécessaire, plus que jamais, les coutumes concernant les marges, la place de la date, etc., etc., doivent être... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :