14 janvier 2017

#159 Là où vivent les dragons

Les montagnes en hiver sont lourdes de nuages sombres et épais l'homme demeure lointain et silencieux. Guo Xi  C'est moins de l'eau que je me souviens... que de ce brusque éclaircissement du paysage, cette soudaine éclaircie. Pourquoi donc l'impression nous est-elle donnée de façon plus fatale, plus ample, plus dramatique par n'importe quel ruisseau ou quel fleuve, que par tel lac ou bassin? Car l'horizon d'amont et d'aval est infini, et le mouvement nous rend la chose plus présente, plus actuelle et donc plus touchante, plus... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 21:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 décembre 2015

#152 L’hiver clandestin

    L’hiver est là. Depuis deux jours. En passager clandestin. Rien, aucun signe ne le trahit. L’hiver se terre. Les jours les plus courts sont des jours radieux de plein été. Qui ont le goût d’un goûter sur l’herbe. Il fleurit des roses qui ne sont pas de Noël, mais de mai.             Le ciel du matin est rose, bleu, orange, violet. Pareil le soir. Le ciel ne sait plus quoi inventer. Il se coud des galons dorés et des poignets de dentelle. Au beau milieu des... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 14:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2015

#151 La sidération des brouillards

Malgrémalgré toutle mal qu'on nous a fait.Malgrétout ce qu'il faut subiret faire subir aux autres.Malgréla guerreles enfants mutilés, martyrisésl'enfer que tant de nous s'infligentet infligent aux autresMalgrémalgré toutne dressons pas le malet le bien face à face.Ils vont, ils sont ensembleen nouset dans le cours aventureux des siècles.En face du malen face du bienIl n'y a rienrien que la vie ensemble. Henry Bauchau, Malgré tout Il n’est pas toujours commode de se déprendre de la sidération des brouillards. Les brouillards... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2015

#145 Liant déliant

  Doutant du regard doutant de la voix doutant du passage réel de l’amour dans les bois enroués par l’hiver Suivant le courant la voie des rivières relisant du cœur les points les accents la course légère de ses lignes bien espacées Doutant redoutant l’arrêt du soleil des songes du temps des dons du sommeil ne redoutant plus l’air en mouvement l’écriture claire liant reliant déliant l’émoi de sa mécanique légère Henri Bauchau, Poésie complète, Actes Sud, 2009
Posté par la lapenchinoise à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2015

#143 Les jardiniers de Melle

Nous sommes les cousins des oiseaux et des fleurs. Et des étoiles. Nous faisons partie d’un même récit.Jean-Claude Ameisen, Le Monde, 23 & 24 août 2015 Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin.Rainer Maria Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigge C’est fini. À Melle, on a tiré le rideau le dernier week-end de septembre sur la 7e édition... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 17:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 septembre 2015

#141 Barcarolle pour un été

Je ne suis pas venu ici pour me trouver nez à nez avec un naïf souvenir de jeunesse... et c’est pourtant lui qui se place au tournant [...] ! C’est une leçon ... C’est lui maintenant, c’est l’Autre qui me donne une leçon d’expérience ! Sans doute son air détaché et désintéressé m’apprend la vanité de ce que je suis venu rejoindre ici. Si j’avais un peu de foi pour le petit dieu de voyage – qui ne m’a pas quitté, – je lui soumettrais ce cas étonnant de conscience, ce problème de topographie dans l’espace et dans le... [Lire la suite]

21 mars 2015

#123 Rivages

  L'espace est mon jardin La mer l'habite Toute entière avec ses vents lointains Les planètes lui rendent visite La vie la mort Égales jouent à la marelle Et moi captive libre j'erre au bord De longs jours parallèles Anne Perrier, Le Livre d'Ophélie, Payot 1979
Posté par la lapenchinoise à 09:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2014

#115 Le petit pas de la puce

Un peu de Pourpre — glissé entre les deux — Une Culotte de Rubis — enfilée à la hâte — Une Vague d’Or — un Glacis de Jour — Voilà ce qui fait le ciel du matin ! [1861 Emily Dickinson, Poésies complètes, traduction Françoise Delphy, Flammarion, 2009] Nous y sommes enfin. À la Sainte Lucie. Chaque soir désormais le jour prend à la nuit une seconde de lumière. À la porte de l’hiver. Tout petit pas de la puce volé à la Sainte Luce. Ma grand-mère m’a enseigné ce sort pour conjurer la nuit de décembre. Il sonne encore à mes... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2014

#110 Là-haut

Pour dire la vérité avec toute sa substance, il faut avoir la paix, et un fauteuil confortable loin de toute distraction, et une fenêtre par laquelle le regard peut porter au loin ; et puis il faut ce don qui permet de voir des vagues quand ce sont des prés qui s’étendent devant vous, et de sentir le soleil des tropiques alors qu’il fait froid ; et trouver au bout de ses doigts les mots qui peuvent s’emparer de la vision avant qu’elle ne s’évanouisse. [J. M. Coetzee, Foe, Éditions du Seuil, 1988] Quelle chance ce... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 18:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 juillet 2014

#101 D’ouest en est, sous le ciel de juillet

Peu de chose, rien qui chasse l’effroi de perdre l’espace est laissé à l’âme errante Mais peut-être, plus légère, incertaine qu’elle dure, est-elle celle qui chante avec la voix la plus pure les distances de la terre Philippe Jaccottet, sans titre, in Airs, 1962-1970 S’il est sûr que d’un point de vue estivalier, la première quinzaine de juillet a constitué un été médiocre, d’un point de vue strictement nubignosien (voir le billet précédent à propos de cette science), elle a présenté une collection remarquable. Les... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :