02 juillet 2014

#100 Prises de ciel pour une poétique des nuages

Trois catégories d’Hyperontes prélevés hier matin dans trois directions et à une minute d’écart. « Les Hyperontes sont les vapeurs qui se trouvent habituellement au-dessus de l’observateur : elles constituent ainsi les nuages courants. » La prise n°1 relève sans ambiguïté des Griffures. « Lorsqu’elles sont un peu plus consistantes, elles ressemblent aux plumes tombées des ailes de mythiques oiseaux cosmiques. On ne voit pas bien d’où elles viennent ni où elles vont. Ni, pour parler franc, à quoi elles... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2014

#99 Glace en été

...Hélas, le nœud vaudou anti-grêle ne fonctionne plus ! Il me faut trouver de nouvelles amulettes. Dont un bon anti-vent. Les suggestions sont bienvenues....
Posté par la lapenchinoise à 15:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 février 2014

#77 Carnet de pluie

... Douze jours... depuis douze jours, presque sans relâche, le ciel noie la terre obstinément....
Posté par la lapenchinoise à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2013

#70 Sfumato

Posté par la lapenchinoise à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2013

#63 Pensée pour un jour de pluie

Je les ai vus se défaire et partir comme un troupeau apeuré. Les nuages, les lourds nuages de la veille sont allés se perdre dans le ciel immense. Les feuilles d’or du mûrier en rient encore. Pensée à épingler sur un jour de pluie obstinée.
Posté par la lapenchinoise à 09:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
03 octobre 2013

#52 Les paupières du jour

  (...) Chaque matin, juste avant le lever du soleil, deux jeunes filles du Pavillon des Grâces viennent à la chambre de l’Empereur. Le Fils du Ciel dort encore. Elles écartent les trois rideaux qui sont la paupière du repos, la paupière des rêves et la paupière de l’oubli. Elles ouvrent la fenêtre en grand. Elles déroulent une bannière de cette étoffe imprononçable, encore teintée de nuit, et brodée sur toute sa surface du signe de l’année en cours : tigre, dragon, buffle, singe... Cette bannière, interposée entre la... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 12:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2013

#49 Déambulations

... À l’abbaye de Beaulieu en Rouergue, placer ses pas dans les « Déambulations » d’Odile Cariteau, déchiffrer les « Écritures du Lointain » qu’elle a tracées sur des voiles et perdre ses pensées le long du chemin des sureaux.   Notule L'exposition d'Odile Cariteau «Déambulations» est présentée du 22 juin au 30 septembre 2013 à l'Abbaye de Beaulieu-en-Rouergue.
Posté par la lapenchinoise à 08:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 janvier 2013

#11 Songes profonds du silence

Nacera les connaît bien. Ne lui sont-ils pas nécessaires ? Jour après jour, chaîne après trame, fil à fil, elle en verra le terme. Puis devant elle, sur le mur, des volets s’ouvrent. Ce sont là des fenêtres, parfois obscures, parfois claires. N’est-ce pas dans l’obscur que l’on se voit le mieux ? Dans l’obscur sonore des songes. Ouverts sur l’âme profonde de l’être. L’obscur de l’encre. La transparence de l’encre. Le papier qui boit. Les fibres qui, une à une, reçoivent ces nuées d’ombres ou fumées. Ces nuages. Nacera... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 janvier 2013

# vendredi 11 janvier 2013 – Les jours gris

C’est le 10e jour auquel je puis appliquer cette épigraphe. Je pourrai renouveler l’opération demain. Dix jours privés de lumière. La dernière fois que j’ai vu le soleil, c’était l’an dernier. Il règne au dehors un silence mouillé sur un monde sans ombres. Il sourd de la mélancolie. Les jours gris sont des jours mornes. Il grise. On n’y peut rien changer. Les jours gris passent sur la campagne avec l’effrayante constance d’une éternité. Il faut des ruses pour se défendre du spleen. Le coup de calcaire n’est jamais loin comme... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2013

#4 Pierres chinoises — 1. Les pierres du dehors

                              Au jardin, c’est le cœur de la dormance du végétal. Il ne faut toucher à rien. Sous peine de mort. À tout moment, le grand froid peut surgir et occire un sujet qu’une blessure fraîche au sécateur aura exposé. J’aime le jardin en hiver. Il est apaisant. Nu, hormis les ombelles des sedums, les panaches des graminées, quelques akènes, gousses, cosses. La terre se gorge d’eau fraîche. Elle s’attendrit. La terre d’ici... [Lire la suite]
Posté par la lapenchinoise à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,